Histoire du groupe

La 52e Paris a été affiliée en 1929. Elle est fondée sur la paroisse « Sainte Marie du Temple et Sainte Élisabeth « , et prend le nom de Groupe Sainte-Élisabeth
Une Meute de Louveteaux avait été affiliée en décembre 1928 et semble avoir donné naissance au Groupe. Il adopte un foulard bleu foncé avec une bordure bleu clair.

Ses fondateurs seraient l’Abbé Ollier, Aumônier, et Maurice Genêt, Scoutmestre.

La Troupe a des activités de qualité dès 1929, puisqu’elle envoie une délégation au 3e Jamboree Mondial de Birkenhead en Angleterre. Elle poursuit ses activités entre 1930 et 1935, puis semble connaître ensuite quelques difficultés

Elle est suspendue en 1935.

En 1937, elle est recréée sur la paroisse Notre-Dame de Lorette, 8 rue Choron, sur l’initiative de Maurice Genêt, ancien Scoutmestre de Sainte Elisabeth, ce qui explique le maintien du numéro de Troupe.

En effet, le 9 mai 1937, Jean Massadier réunissait cinq garçons, au Patro de la rue Choron, à la demande de l’un des vicaires de la paroisse, dans le but de former une nouvelle troupe Scout de France, aidé par Gaston Kolly.

Le 27 juin 1937, ce petit groupe comprenait 8 jeunes qui prononçaient leur promesse devant le Commissaire Adjoint de District, Jean Doisteau et des Scouts de la 31e Paris (Saint Jean de Montmartre), dirigés par Charles Delseau. Une Meute est alors en cours de formation.

1res promesses

En octobre 1937,un week-end de rentrée relance les activités. Le 19 décembre, 3 patrouilles sont formées, le Coucou (Yves Ertzbischoff et Maurice Petit), l’Hirondelle (Michel Barberousse et Claude Ertzbischoff), et l’Alouette (Jacques Vilfrid et Maurice Bredault). Le recrutement continue. La Meute est formée de 3 sizaines, les Noirs (R. Hodot), les Blancs (J. Beauchard) et les Gris (J. Auvray). Elle est dirigée par Suzanne Devouge.

Gabriel Bakalowicz rejoint la maitrise de la Troupe, et François Le Perdriel prononce sa promesse en janvier 1938.
Le 23 janvier des « Olympiades » regroupent les 2 Unités.

Enfin le grand jour arrive. Le 20 février 1938, un grand rassemblement se tient au Patro, rue Choron. Le Groupe va être affilié par le Commissaire de Province d’Ile-de-France Champetier de Ribes, l’Aumônier diocésain, Monsieur l’Abbé Le Cordier, Françoise Pistre, ACPL, et le Commissaire de District Joseph Hiriart.

On distingue dans l’Assistance de nombreux Chefs et Parents, particulièrement le Président des Amis des Scouts de Paris Nord, Pierre Dujat, et le Scoutmestre de District chargé des ADS, Gaston Cerbelaud-Salagnac.

Bien entendu, Monsieur le Chanoine Carretier, Curé de N-D de Lorette, et ses Vicaires, sont également présents.

Des troupes et des Meutes de paroisses voisines, sont venues soutenir ce nouveau Groupe ( 31e, 45e, 75e, 77e, 79e, 80e Paris et 3e Clichy)

Différentes cérémonies de déroulent alors :

  • Affiliation des 2 Unités
  • Nomination de l’Aumônier, Monsieur l’Abbé Renaud
  • Nomination du SMG et CT Jean Massardier
  • Investiture de la Cheftaine de Meute Suzanne Devouge
  • Investiture de l’ACT Gaston Kolly
  • Nomination des membres du Sous-Comité des ADS présidé par Monsieur Vicart
  • Investiture des Chefs de Patrouille et nomination de leurs seconds.
  • Remise de l’étendard de Groupe et du Fanion de la Meute

Après cette cérémonie, le Groupe adopte son foulard de Groupe « Jaune à bande Gris Clair »

affiliation du Groupe

Enfin un grand repas de fête réunit à midi tous les participants.

Les 19 et 20 mars 1938, c’est la 1ère Fête de Groupe. Elle obtient un grand succès, en particulier, l’orchestre des Scouts.

le programme de la fête
l’orchestre des Scouts

Pendant les vacances de Pâques,un camp regroupant la Maîtrise et les Scouts de 2e classe (CP, SP et quelques 3e de pat.) a lieu à Saint Martin du Tertre dans la propriété de Madame Magnier. La Haute Patrouille est formée et prend le nom de de l’Ecureuil.

A la Pentecôte 1938 se déroule le Rally de District Paris-Nord. 43 patrouilles sont ressemblées. Les Ecureuils de la 52e remportent le fanion de signalisation.

Enfin du 14 juillet au 2 août a lieu le camp d’été dans les Cévennes, à Sainte Eulalie près du Puy en Velay. La Maitrise est composée de Jean Massardier (CT), Gaston Kolly et André CORON (ACT), et du R.P. Goldbronn. Elle coordonne les 3 Patrouilles de la Troupe. De nombreuses randonnées permettent de découvrir cette magnifique région, le Mont Gerbier des Joncs, le lac d’Issarlès, le Mont Mézenc. Au sommet de celui-ci, à 1754 mètres d’altitude, Maurice Petit est investi CP du Coucou. Cette patrouille remporte le concours de camp.

En octobre 1938 Gabriel Bakalowicz remplace Jean Massardier à la tête de la Troupe. Plusieurs éclaireurs rejoignent la Route au Clan de District. Grâce aux Louveteaux arrivant de la Meute, une 4e patrouille est fondée, le Ramier.

En janvier 1939, participation au Rally Provincial des Sizainiers et au Rally de District des Chefs de Patrouille. En février 1939, la patrouille de l’Hirondelle est dissoute et elle est remplacée par la patrouille de la Cigogne. Les 29 et 30 avril se déroule à Senlis le Rally du District Pars-Nord, regroupant Chefs, Routiers?, Éclaireurs et Louveteaux de ce territoire.

Gaston Kolly devient Chef de Troupe.

Celui-ci deviendra Chef de Groupe à la libération en 1945. La 52e, avec Gaston Kolly, menuisier dans le quartier, joue un grand rôle dans le secours aux blessés. Kolly, qui était déjà A. C. T. en 1938, est resté très actif au service de la Sécurité civile parisienne. Il est C. G. encore en 1965-1966 et reste très proche du groupe : il est encore mentionné dans « Paris scouts » en 1976 et dans « Scout »en 1980. C’est un des records de longévité à Paris

Elle reprend de plus belle ses activités après la guerre.

Une patrouille, les Cigognes, est sélectionnée pour participer au Jamboree de la Paix en 1947, à Moissons. Pour cela, elle a réalisé un exploit décrit dans le numéro 221 de la revue SCOUT, de la Branche Éclaireurs : :

« Les Cigognes de la 52e Paris ont exploré pendant leurs activités de patrouille les richesses fossilifères du sol de Cuis (Marne). Une lettre du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris établit de façon indiscutable que ces vaillants chercheurs, en découvrant des dents de “Propachynolophuset” de “Protodichobune”, ont apporté une précieuse contribution à la science. »

En 1947, le Chef de Troupe est Claude Étienne et Yves Delanoë est Assistant (ACT). François Le Perdriel, l’un des premiers scouts de la Troupe est Assistant Chef de Groupe.)

Une deuxième Meute est alors créée, ce qui entraînera la création en 1949, de la 212e Paris (affiliation en mai 1949, voir plus loin).

À cette époque un Clan de Routiers avait été créé sous le nom « Étoile du Matin » et regroupait beaucoup de scouts de ces 2 Troupes (52e et 212e). Il comprend au moins 3 équipes. Le Chef de Clan est Raymond MARTIN, et la Maîtrise est composée de Fernand LEGNIER (ACC et CE), Michel BERTIN, Gérard PUISIEUX, Pierre BRIERE .

Bernard SCHOPFER et Bernard LINDIMER font leur Départ Routier et
en 1950, Bernard LINDIMER devient ACC, puis Chef de Clan en 1951.

De 1948 à 1950, la Troupe est dirigée par Roland DAMOISEAU assisté par Yves DELANOE, Alain et Jean RIOM.

De 1950 à 1954, Victor Robert prend la direction de la Troupe. Il deviendra Chef de Groupe de la 132e Paris (Saint Roch) puis reprendra la responsabilité du Groupe ND de Lorette en 1957. En 1953, la Cheftaine de Meute est Micheline WIENER

En 1955, la Troupe semble être évoquée dans un livre de la « collection Signe de Piste », LE COUP D’ENVOI, de Philippe AVRON.

Le Chef de Troupe est alors Claude BORRELY et en 1956 Jacques BRESSON. La Cheftaine de Meute est Hélène GABRIE assistée par Hélène de SAINT OURS, puis Janine VALSTAKAS.

En 1957, le camp d’été a lieu à Picherande, sous la direction de Pierre MORIN qui avait relancé la 212éme Paris. Ce camp se termine par un rassemblement des Unités du District. En octobre 1957 les 2 Troupes fusionnent et on commence à mettre en œuvre le « projet Raider »

En 1959, Bernard LARCHEVÊQUE et Pierre MORIN sont Assistants Chef de Troupe, et Françoise KOLLY devient Cheftaine de Meute.

La 52e participe au Grand Jeu National « Feu Vert » proposé par l’équipe Éclaireurs, et elle est la seule Troupe parisienne classée.

Le camp de Pâques a lieu à Marolles en Hurepoix.

Elle est investie RAIDER en 1960 , sous la direction de Pierre MORIN, assisté par Bernard LARCHEVÊQUE

Le camp d’été 1960 se déroule en Lozère, au Mas de la Barque où plusieurs Éclaireurs sont investis Raiders, dont Gérard SCHOPFER qui prendra la direction du Poste Pionniers en octobre 1964.

Jean Pierre RANDIN, succédera (CT) à Pierre Morin, avec Guy LAUTIER comme A.C.T. Ce dernier prendra en 1962 la direction de la Troupe et en 1963, Jean Douville sera Chef de Troupe jusqu’à la réforme Pionniers-Rangers.

La Cheftaine de Meute est Françoise MILLION.

En octobre 1961 le Clan Routiers est dirigé par Bernard LARCHEVÊQUE assisté de Jean-Pierre RANDIN. En 1962, la Communauté Route regroupe les Routiers de la 22e Paris (Saint Louis d’Antin), et ceux de la 52e / 212e, toujours sous le nom d’Etoile du Matin.

En 1962, un ancien de la 212e Paris, Bernard MÜLLER sera Chef de Troupe. En 1963, les Routiers ont comme Chefs d’équipe nommés Jacques LEMIRE et Alain ROULOT.

En 1964, le Groupe, avec l’aide de Pierre MORIN, (Assistant Commissaire de Région Éclaireurs, puis Coreg adjoint), adopte la réforme S.D.F.Pionniers-Rangers. Claude DEQUIEK est Chef de Troupe Rangers, et Pierre MORIN fait fonction de Chef de Poste assisté par François-Marie DEVESSIER et de Gérard SCHOPFER. Le Chef de la Patrouille des Cigognes, Jean-Louis MILLOT, deviendra par la suite Assistant Chef de Troupe à la 48e Paris.

La Cheftaine de Meute est Élisabeth DUPONT.

En octobre 1964, Gérard SCHOPFER et Marc ROCHE animent le poste Pionniers. La Maîtrise Rangers est composée de Jean-Pierre BRAUN, Claude JOND, et François-Marie DEVESSIER. L’aumônier est l’Abbé Michel GUITTET. A Noël 1964 un camp de ski est organisé dans le Jura.

Gaston KOLLY est encore Chef de Groupe. (Rapellons que Gaston Kolly , lorqu’il était Chef de Groupe fut le promoteur des « micro-bases » pour accueillir des scouts dans divers lieux de la Région parisienne, Ces constructions, à la fois succinctes et élégantes, bâties en pleine nature, assez proche d’une gare SNCF, permettaient de pratiquer, le temps d’un W-E, toutes sortes d’activités. Il permettra également, d’abord à N-D de Lorette, puis pour l’ensemble des Pionniers de Paris, la mise en place de formations au secourisme )

A la rentrée, en octobre 1965 le poste Pionnier?, sur la proposition de Gérard MORVAN choisit son entreprise d’été : la descente de l’Ardèche en kayack. Pour cela, il faudra tout au long de l’année, construire les embarcations. Ceci sera possible grâce au Chef de Groupe, Gaston Kolly, qui dirige une menuiserie dans le quartier. Enfin le grand jour arrive :  » Munis de gilets de sauvetage de l’armée américaine, nous embarquons, au début juillet à Voguë et dévalons la rivière jusqu’à Vallon-Pont-d’Arc… . Puis au menu du camp un chantier et des raids individuels dans la région. Quelle chaleur… »

En 1966, le poste Pionniers est dirigé par Gérard SOUQUE (Assistant) et Etienne NAFFRECHOUX ( Chef de Poste). Le Chef Rangers est toujours Claude DEQUIEK, Assistants Guy GRAFFET et Jean-Charles THURILLON. La Meute est dirigée par Marie-Claude SAUNIER et l’aumônier est Monsieur l’Abbé LOCHET l

Le poste effectue à Pâques un camp spéléo, dans les grottes d’Arcy-sur-Cure, du côté d’Avallon. En été, le camp s’articule en 2 séquences : durant 10 jours raid en équipes dans les Alpes, puis un chantier dans la région d’Albertville. Jean-Pierre TRIN assure l’intendance. Il prendra la responsabilité du Poste Pionniers en octobre 1966.

A Pâques 1967, Les Pionniers font un camp itinérant à vélo, et le camp d’été se déroule en Lozère, à Concoules, où le poste participe au rassemblement national Pionniers du « Point Soleil » au Mont Lozère ( adduction d’eau dans un village et pose de la 1re pierre de la Chapelle du Mont Lozère).

Pâques 1968, participation au rassemblement Pionniers du Bourget, en Seine Saint Denis. Le camp d’été a lieu en Allemagne, avec des Scouts Allemands, dans le massif de l’Eiffel.

En 1969, pendant les vacances de Pâques, se déroule un camp Franco-Allemand au Perthus, dans les Pyrennées orientales, et le camp d’été a lieu dans la vallée de Chamonix, à « la Pierre à Bérard ».

Pendant ces années, Jean-Pierre TRIN est assisté par Gérard MORVAN, Alain ESNAUKT, Jean-Pierre ROUBEAU, Alain RUEL et Emmanuel ESCALLE.

Le responsable des Rangers est d’abord Michel HOUIST, puis Jean-Christophe THURILLON, qui est également ACD Rangers.

Jean Pierre TRIN deviendra successivement Animateur Pionniers du District Louvre, puis de Paris Nord, Animateur départemental Compagnons, Animateur régional « Arc en ciel » (scoutisme des handicapés) puis Commissaire départemental de Paris, et Conseiller National. Il prendra ensuite la responsabilité du Poste Pionnier et du Groupe de Saint Séverin-Saint Nicolas (67e Paris).

La Maîtrise de la Meute est composée de Françoise HOUIST (CM) et de Laurence RUF (ACM) et les Aumôniers sont successivement l’Abbé Michel GUITTET, puis l’Abbé Michel JOUAN.

Le clan Routier réalise son projet de camp d’été en Irlande.

La Troupe des Rangers a pour Chefs Marc DEQUIECK (CT) et Emmanuel NAFFRECHOUX (ACTs) . Celui-ci deviendra Assistant Commissaire de District Rangers (ACDRa). Michel de RUEL est Assistant Pionniers.

En 1969 le Chef de Groupe est André PRADIER. Jean-Louis MARCHAIS assiste Pierre MORIN chez les Pionniers, et Claude LESAULNIER est Chef Rangers avec Denis THURILLON, Jacques PAGET et Maurice PHAM. 

La famille HOUIST prend en charge la Meute : Françoise, Chef de Meute, Bernadette et Agnès, Assistantes.

Les rangers réalisent leur camp d’été dans le Cotentin.

Le camp d’été en 1970 s’effectue dans l’Allier après un camp de Pâques en Touraine.

En 1971, la 36e Paris (ND de Bonne Nouvelle) fusionne avec la 52e Paris. Les Rangers ont alors pour Chefs Jean-Marc LISCH (52), Jacques PAGET ( 36), et Michel MONNIER( ACT ). En 1972 celui-ci deviendra Chef de Troupe et Maurice BOS le remplacera en 1973.

En 1974 le poste est animé par Benoît de DIESBACH assisté de Jean-François HOUGUENADE et d’Yves FAGE. Les Rangers ont pour Responsables Charly MAUZIER et Bernard de VALON.

En 1975,le poste Pionniers ne semble plus avoir d’activités.

Jean MASSON prend la responsabilité du Groupe en 1976. La Meute est dirigée par Delphine HUIN. Quant aux Rangers, ils ont pour Chef Laurent ROSPINI.

En 1977 le Chef de Groupe est Yves DUBOURG. Les Compagnons ont pour Animatrice de Relais (ANIREL), Delphine HUIN.
En 1980 , le Chef de Troupe est Bernard EMFRIN, avec Yves LEBECHENNEC et Jérôme VACHON.

En 1981 l’aumônier est monsieur l’Abbé Philippe BERNARD. Le Chef Rangers est Thierry ZAGDOUN assisté, d’abord par Vincent LEPINAY, puis par Guillaume MARIE.

En 1987, Christophe MERIEL-BUSSY est Assistant Chef de Troupe SCOUT, puisque le Mouvement a décidé que la Branche RANGERS deviendrait dorénavant la Branche SCOUTS.

Peu après, le Groupe Saint-Jean de Montmartre fusionne avec le Groupe Notre-Dame de Lorette. Ce groupe atteint alors un effectif de plus de 60 jeunes .

Aujourd’hui, ce groupe est toujours en activité et bien vivant : il compte 5 unités et 2 équipes compagnons pour un effectif de plus de 140 membres.

Quelques photos…..

camp 1957 Gérard Schopfer
camp 1957 Pierre Morin et Gérard Morvan(Ti’Pom)
l’arrivée à Sainte Eulalie 1938
la charette de l’Alouette
le 1er petit déjeuner au camp
la Troupe au Mont Gerbier des Joncs
Explo au Ray-Pic